Concert : Jean-Bernard Pommier à la Salle Gaveau

© Eric E Castro - Flickr

© Eric E Castro – Flickr

Voilà un moment que nous n’y étions pas allé. Louis était à la Salle Gaveau hier soir pour un récital de piano avec au clavier Jean-Bernard Pommier et au programme quatre sonates de Beethoven.

Cette soirée s’inscrit dans une série plus ambitieuse. Il s’agit pour Jean-Bernard Pommier d’interpréter l’intégrale des Sonates de Beethoven, soit trente-deux, en huit concerts. Hier soir nous avions le plaisir d’entendre notamment la Pathétique et la Marche funèbre. Les programmes des huit concerts ne sont pas conçus comme une suite chronologique. Chaque soirée est au contraire, un mélange des différentes périodes du compositeur. Composées pendant près de trente ans, les Sonates de Beethoven constitue un ensemble puissant, riche et incontournable dans le paysage classique et dans le répertoire pianiste avec l’avènement de la grande sonate romantique.

Jean-Bernard Pommier est un habitué de l’exercice. Il a déjà donné l’intégrale des sonates à Bruxelles et Londres. Ce pianiste français né à Béziers, a collaboré avec les plus grands. Il a à son actif une soixantaine d’enregistrements dont d’autres intégrales comme les sonates de Mozart ou les valses de Chopin. Il a également une riche activité en tant que chef d’orchestre.

 

Jean-Bernard Pommier a l’assurance de ceux « à qui on ne la fait pas ». Dans une ambiance intimiste qui nous donne presque l’occasion d’être invité dans le salon du soliste, on écoute une interprétation solide, parfois un peu plus personnelle comme dans le 3ème mouvement de la Pathétique, mais toujours simple et efficace. On apprécie cette simplicité du jeu, accessible, apaisante. On sait où Jean-Bernard Pommier veut nous amener. Sans partition, mais l’inverse nous aurait surpris tant le pianiste est un habitué des Sonates, on se laisse porter par la musique.

Physiquement le soliste ne fait pas un geste de trop. On est très loin des effets scéniques inutiles. Ici honneur est fait à la partition. On pourrait presque fermer les yeux et profiter de l’instant, tout simplement.

Pour découvrir ou redécouvrir la suite des Sonates de Beethoven, rendez-vous dès lundi Salle Gaveau ainsi qu’en mai et juin.

Dans l’actualité nous vous parlions aussi de l’annonce de la prochaine saison au Théâtre des Champs-Élysées.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s