Concert : Franz Welser-Möst et le Cleveland Orchestra à la Salle Pleyel

© Maia C - Flirck

© Maia C – Flirck

Soirée américaine hier à la Salle Pleyel avec le Cleveland Orchestra. A la direction Franz Welser-Möst et en ouverture de programme la Messe en ut majeur de Beethoven qui bénéficie d’une très belle anecdote au sujet de sa création.

Cette messe a été commandée par le Prince Nicolas II Esterházy à l’occasion de la fête de son épouse. La famille Esterházy était à l’époque une famille très puissante dans l’Empire Austro-Hongrois. Le Prince avait l’habitude de commander une messe tous les ans pour son épouse. Habituellement c’est Haydn qui s’en chargeait. Mais cette année-là, en 1807, Haydn à la retraite c’est au tour de Beethoven de recevoir cette commande. Sauf que l’oeuvre reçoit un accueil glacial au point que le Prince déclarera au pauvre Ludwig à la sortie de la Messe : « Mais mon cher Beethoven, qu’avez-vous fait là ? » alors que si Beethoven avait eu des doutes lors de l’écriture, le résultat final lui inspirait une certaine satisfaction au point qu’il déclara « J’estime avoir traité le texte comme on l’a rarement fait ».

Après l’entracte la soirée se poursuit avec la Symphonie n°6 de Chostakovitch. Une autre oeuvre qui n’a pas du tout fait l’unanimité lors de sa création en 1939. Si le public est a priori enthousiaste c’est la profession qui reproche au compositeur un déséquilibre excessif. L’oeuvre est composée de trois mouvements, et démarre par un mouvement lent et long pour s’achever par deux mouvements plus courts et plus vifs… Bref, entre les fameuses cinquième et septième symphonies, Chostakovitch a surpris, peut-être un peu trop. Et pourtant, l’oeuvre est très attachante, vivante et moderne !

Pour diriger ce programme, le chef autrichien Franz Welser-Möst, directeur musical du Cleveland Orchestra depuis maintenant 12 ans mais aussi ancien directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Londres, de l’Opéra de Zurich et aujourd’hui du Staatsoper de Vienne. Et récemment, vous avez pu l’entendre pour le concert du Nouvel An 2013. Nous avions alors découvert un chef élégant et sûr de lui. Avec son orchestre, le Cleveland Orchestra, il file le parfait amour. Cet ensemble, dirigé par Pierre Boulez et Lorin Maazel, fait aujourd’hui partie des prestigieux orchestres américains et Franz Welser-Möst n’y est pas étranger.

Dès le début du concert et en abordant le Gloria de la Messe en ut de Beethoven, le doute n’est plus permis : si l’ensemble est très juste, il manque cruellement de puissance. L’acoustique de la salle y est même pour quelque chose et montre ses limites. Chœur et orchestre sont impeccables mais lisses, agréables mais sans surprises. Mention spéciale tout de même pour les solistes surtout la soprano Luba Orgonasova et le basse Ruben Drole qui sont d’une très belle clarté et qui apportent une vraie couleur à l’oeuvre (il en fallait au moins une…). Dans le Sanctus, le chœur montre un peu plus ses compétences dans la maîtrise des nuances mais rien n’y fait. Jusque dans l’Agnus Dei, le tout manque d’éclat chromatique. A la fin de la Messe, le chœur est très acclamé. Admettons. En ce qui nous concerne, nous remettons la faute sur le chef qui dirige de loin, sûr de lui certes, mais sans ferveur.

Après l’entracte la Symphonie de Chostakovitch offre un beau contraste avec l’oeuvre précédente de Beethoven. Mais l’illusion n’est que de courte durée. On ose le dire, on finit par s’ennuyer. Les défauts entendus dans la Messe se confirment. Tout est uniforme, extrêmement juste, pour ça rien à dire, mais sans vie. L’énergie des deux derniers mouvements et le bis, ne sauvent pas la soirée. Le chef aura été lointain tout au long du concert et donne même parfois l’impression de s’agiter et de battre la mesure plus que de diriger et d’habiter les œuvres.

Bref, une soirée décevante.

Les orchestres américains, on vous en avait déjà parlé

Advertisements

6 thoughts on “Concert : Franz Welser-Möst et le Cleveland Orchestra à la Salle Pleyel

  1. Votre commentaire est étonnant. Certes c’est au concert du lendemain auquel j’ai assisté avec la symphonie n°8 de Chostakovitch, mais je ne peux croire à une telle différence de qualité d’un jour à l’autre! Tout d’abord, comment pouvez vous écrire que Welser-Möst puisse donner l’impression de s’agiter alors que si il y a un chef d’une parfaite sobriété dans les gestes, c’est bien lui, avec pour conséquence des indications parfaitement lisibles: je peux en témoigner car le me trouvais face à lui en arrière scène. Mais ce que je constate aujourd’hui, c’est le goût répandu de s’en remettre à l’illusion de chefs qui ont une gestique spectaculaire, mais qui n’a guère de sens profond! Welser-Möst lui, fait de la musique, et livre l’essence des oeuvres, ce qu’il a fait avec la tragique 8ème de Chostakovitch….J’ai écouté dès le lendemain l’interprétation géniale de Mravinski….Eh bien la comparaison reste flatteuse pour Welser-Möst: celui-ci a su, comme son illustre prédécesseur, nous entraîner au plus profond de l’émotion, avec un orchestre qui sonne avec toutes les nuances souhaitables, y compris lorsque la partition exige la puissance; contrairement à ce que vous dites, on est alors submergé par un orchestre au volume sonore incomparable. Que vous le vouliez ou non, Welser-Möst est un des chefs importants du moment, qui enfin respectent les oeuvres qu’ils donnent à entendre.

    • Bonjour Gilles et merci pour votre commentaire!

      Nous sommes d’accord avec vous sur certains points. Nous aussi sommes très agacés par cette mode de la gestuelle spectaculaire et inutile. Pour Welser-Möst, ce que nous avons voulu dire c’est que ses gestes, tout dans la retenue, n’apportaient pas grand chose à l’oeuvre, certes totalement respectée, mais sans relief. Nous sommes aussi d’accord avec le fait que Welser-Möst est un chef important actuel (d’où notre plaisir non feint à le critiquer, plaisir provoqué par l’excitation d’assister à l’un de ses concerts). Par contre nous réitérons nos propos à savoir que nous nous sommes ennuyés…

      Au plaisir d’échanger à nouveau avec vous sur ce blog lors d’un prochain concert !

      • En fait je crois que nous sommes tout compte fait plutôt d’accord, et je ne pense pas que vous auriez eu le sentiment d’ennui en écoutant la 8ème, alors que peut être j’aurais eu un tel sentiment la veille avec la 6ème! C’est avec plaisir que j’échangerai de nouveau avec vous…vous verrez que j’ai parfois des avis assez tranchants 🙂

  2. Ping : Concert : Andreas Staier au Théâtre des Bouffes du Nord | louisleclassique

  3. Ping : Concert : Frank Braley, Enrique Mazzola et l’ONDIF Salle Pleyel | louisleclassique

  4. Ping : Franz Welser-Möst quitte l’Opéra de Vienne | louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s