Une soirée brillante avec Offenbach hier à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet

©  stunned - Flickr

© stunned – Flickr

Hier soir, toujours dans ce formidable lieu qu’est l’Athénée Théâtre Louis Jouvet, niché dans un très élégant square proche de l’opéra, a eu lieu une très belle soirée. Deux courtes pièces de notre compositeur préféré surtout en cette période de fêtes. D’abord Croquefer ou le dernier des paladins, en un acte, puis après l’entracte, l’île de Tulipatan, toujours en un acte, le tout de Jacques Offenbach. Deux heures, deux œuvres.

Pas de faux suspens, nous avons annoncé la couleur en titre. La soirée a été brillante. Et c’est avec plaisir que nous avons applaudi à nous en faire rougir les paumes des mains face à un spectacle conçu de bout en bout de manière intelligente, ludique, simple, fine… On n’en attendait pas moins de l’Athénée Théâtre qui encore une fois, prouve que sa saison est exceptionnelle.

La mise en scène est superbe. Dans les deux œuvres, le metteur en scène Jean-Philippe Salério joue avec des miroirs créant deux théâtres en un et de manière différente entre Croquefer et l’île de Tulipatan. On est surpris à chaque fois que le rideau se lève. Si l’idée d’utiliser des miroirs pour créer « le théâtre dans le théâtre » peut sembler cliché, ici, il fallait y penser et c’est particulièrement pertinent.
Quant aux costumes et maquillages, si on en parle, c’est parce qu’ils le méritent. Loin d’être négligés, ils sont au contraire très travaillés et ne sont pas juste là comme un accessoire.

Bien sûr, saluons l’immense talent des comédiens de la compagnie Les Brigands. Ils réalisent une production en respectant l’esprit de troupe de comédiens qui chantent, dansent, jouent… c’est entraînant. Bravo à eux pour leurs qualités de jeux, leur maîtrise du souffle, leur diction (surtout Flannan Obé, beaucoup moins Loïc Boissier). Si parfois il y a certaines faiblesses vocales, elles sont vite oubliées au profit de la qualité globale de la production.

En fait, finalement, si tout plaît, c’est parce que tout est conçu dans le respect d’Offenbach, le burlesque avec la qualité. Tout est fait pour sublimer la farce et avec une qualité qui frise l’excellence.

Pour diriger les neuf musiciens qui accompagnent les comédiens, Christophe Grapperon. Cela nous a surpris, nous l’avions déjà rencontré mais comme chef de chœur plutôt. Aucun soucis pour lui face aux musiciens.

Petit bémol parce qu’il en faut un, le programme qui est rédigé de manière étrange. On ne comprend pas du tout ce que le texte de présentation cherche à faire et au final à la fin de la lecture on est bien incapable de dire ce que l’on en retient. Mais bon ce n’est vraiment qu’un détail.

Bravo à l’Athénée Théâtre, bravo à la compagnie Les Brigrands. Courez-y, Paris est une fête.

Offenbach, on en a parlé hier.

Publicités

One thought on “Une soirée brillante avec Offenbach hier à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet

  1. Ping : Thomas Fersen dans « l’Histoire du soldat  à l’Athénée théâtre Louis-Jouvet | «louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s