La Voix Humaine de Francis Poulenc, à l’Athénée Théâtre Louis Jouvet

© Bunches and Bits {Karina} - Flickr

© Bunches and Bits {Karina} – Flickr

Nous vous avons parlé lundi de Francis Poulenc. Ce n’était pas anodin. Louis a été malin et filou.

Nous nous sommes rendus hier soir à l’Athénée Théâtre Louis Jouvet que nous aimons tant pour la première du court opéra de Francis Poulenc d’après la pièce de Jean Cocteau « La Voix Humaine ».

Alors de quoi s’agit-il ?
Une femme vit une séparation. Elle passe son temps au téléphone avec son ancien amant, folle, amoureuse, dépressive. Pendant cette heure de téléphone, elle va déclarer son amour, pleurer son bonheur perdu, avouer une tentative de suicide, reconnaître sa solitude… La conversation est régulièrement coupée en raison des difficultés techniques. La pièce a été écrite en 1930, l’opéra en 1958. Le téléphone est encore quelque chose de très moderne qui fonctionne difficilement à l’époque.

Donc vous l’avez compris. Sur scène, une femme, un téléphone et un piano pour accompagner les plaintes de la pauvre femme abandonnée.

Dans le rôle de l’amante délaissée, Stéphanie d’Oustrac. La mezzo-soprano est l’arrière petite nièce de Francis Poulenc. Elle connaît bien l’œuvre qu’elle a déjà donné notamment à l’Abbaye de Royaumont.
Nous l’adorons. Cette chanteuse, pétillante, à la beauté universelle, a su incarner il y a quelques années une Carmen époustouflante à Lille. Elle sait passer du Requiem de Mozart à la Belle-Hélène en un claquement de doigts. Motivée, partante, touche-à-tout, tous ceux qui l’ont approché ont été immédiatement séduit par cette personnalité hors du commun, sa bonne humeur et son rire forcément communicatif.

Francis Poulenc on en a parlé lundi. Ami des poètes, élégant et subtil. Jean Cocteau, contemporain et ami de Francis Poulenc, est celui autour duquel s’est formé le Groupe des six, ce « collectif » de compositeurs de l’époque, aux styles très variés dont Francis Poulenc.

Bon, donc sur le papier, tout est parfait ! Mais nous avons été déçu.
L’œuvre est très narcissique. Il s’agit ni plus ni moins que d’une scène de séparation banale. On a l’impression que l’auteur nous fait subir sa propre expérience qu’il pense avoir sublimé en musique ce qui n’est pas le cas. Cela n’a pas un grand intérêt musical, ni poétique. Lors de la première représentation Paul Eluard aurait été évacué de la salle après avoir hurlé « C’est obscène ! Assez, assez! ».

Stéphanie d’Oustrac présente quelques faiblesses… Elle a même toussé durant l’œuvre. Mais à la limite peu importe. Ce qu’il manque c’est un grain de folie, qu’a la mezzo-soprano, mais dont elle ne nous fait pas profiter. Et pourtant cette femme, seule dans son appartement, pendue au téléphone, qui fonctionne mal, elle souffre, impatiente, fiévreuse. Elle a tout pour frôler avec la démence ! Mais non, Stéphanie d’Oustrac reste un peu distante. Mettons ça sur le compte de l’effet « première ».

La mise en scène est par contre plutôt réussie. Des rideaux délabrés, des tapis au sol. Le tout fait parfois penser à des lambeaux de chairs comme les restes d’une bataille humaine. Nous allons peut-être loin. Disons pour être plus simple que l’état de désordre de l’appartement est bien rendu, le concept est cohérent.

Une soirée en demi teinte. D’ailleurs le public offre un accueil un peu froid à la fin de la pièce. Dommage.
Soulignons pour finir, que comme à son habitude, l’équipe du théâtre est toujours aussi aimable et souriante et reçoit son public avec bonne humeur et c’est très agréable.

Pour poursuivre avec Francis Poulenc, écoutez la musique de la semaine sélectionnée lundi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s