Musique de la semaine : la Symphonie Inachevée de Schubert

© CarlosSilvestre62 – Flickr

Louis décide de vous parler de son compositeur préféré ce matin : Franz Schubert.

Compositeur autrichien du début du XIXème siècle, il ne vécut qu’à peine 31 ans. Il compose à 17 ans sa première Messe !
Enfance heureuse, il grandit dans la banlieue de Vienne auprès d’un père instituteur et mélomane qui initie très vite son fils à la musique. Schubert aura comme professeur à Vienne, Salieri, le soi-disant grand méchant opposant à Mozart dans le film Amadeus.
Admirateur de Mozart et Haydn, puis influencé par son imposant contemporain Beethoven, la musique de Schubert est longtemps imprégné du style de ses confrères. C’est grâce à ses lieder que Schubert devient un maître incontesté. Le lied (un lied, des lieder) est une petite pièce chantée, généralement courte, basée sur un poème en l’occurrence ici allemand.

Comme Beethoven, Schubert se trouve à la frontière du classicisme et du romantisme avec un net penchant pour les codes romantiques. Perturbé, amoureux, mortellement malade très jeune, sa musique est empreinte d’une profondeur dramatique peu commune. Il meurt de la syphilis un an après Beethoven et a droit à de somptueuses funérailles.

Franz Peter Schubert a composé 10 symphonies, une de plus que Beethoven, mais il a triché. La Symphonie n°8 sélectionnée aujourd’hui est dite Inachevée. Composée en 1822, 6 ans avant sa mort, elle ne comporte que deux mouvements. Nous avons sélectionné le plus connu, le premier. Le thème est célèbre. Pour l’anecdote on le retrouve dans le film Minority Report.

Ecoutez comme Schubert joue entre ombre et lumière, entre espoir et détresse. Le compositeur est dans le tourment et on le ressent musicalement. L’orchestre joue des notes courtes, rapides, comme un rythme cardiaque ou une métaphore du temps qui file sans qu’on ne puisse rien faire, le tout avec une grande menace : la fatalité de la mort. Soudain la musique s’emballe, on dirait qu’on arrive au bout, que le ciel s’assombrit et que tout s’écroule autour de nous. Mais tout revient ensuite au calme, on reprend son souffle… pour combien de temps ?

Alors oui, Louis n’a pas choisi quelque chose de joyeux, mais écoutez cette puissance, la musique nous parle directement, sans fioriture. C’est fort, c’est beau.

Qui d’autre que le plus grand pour interpréter cette partition ! La version choisie est celle de Riccardo Muti.

La semaine dernière la musique de la semaine était plus légère !

Publicités

One thought on “Musique de la semaine : la Symphonie Inachevée de Schubert

  1. Ping : Insula Orchestra : les Hauts-de-Seine s’offre un orchestre avec Laurence Equilbey à la baguette « louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s