Critique CD : Lang Lang, Chopin, moins pire que prévu

© s3k – Flickr

Quand Isabelle Huppert prend sa plume pour parler de musique classique dans Les Inrocks, c’est pour nous parler de l’album Chopin de Lang Lang le très (trop) célèbre pianiste virtuose chinois.

Après le flop de Khatia Buniatichvili avec son propre enregistrement Chopin, c’est un autre « technicien », sûrement le plus grand, sûrement le plus exagéré qui se frotte au compositeur polonais. Avant l’écoute on se dit qu’il s’agit à nouveau d’un massacre tant Lang Lang surjoue tout ce qu’il touche et que la douceur et la subtilité de Chopin n’ont pas pu survivre à cet excès. Alors quand on lit Isabelle Huppert qui parle de « toucher aérien », notre curiosité est piquée. Ni une ni deux, Louis monte dans le métro et file chez son disquaire pour écouter « The Chopin album » de Lang Lang à la couverture sobre et humble bien entend  : le pianiste nous regarde, trop maquillé, en jouant avec ses mains comme s’il nous disait « regardez, ce sont mes mains magiques ». Il nous avait déjà joué ce numéro sur l’abum « Liszt my piano hero » qui nous avait tout simplement agacé.

Mais oublions tous nos a priori, on glisse le cd dans le lecteur et on écoute avec attention. Et dès le début, force est de reconnaître que Lang Lang sert les Etudes opus 25 de Chopin avec justesse et pertinence. Technicité et interprétation sont justement dosées, nous avons du mal à le dire mais il faut être objectif. Peut-être parce que le choix des Études de Chopin est intelligent, la partition, qui comme son nom l’indique est un exercice pianistique, se prête bien à Lang Lang

Par contre, tout est joué de la même manière, nous avons un peu l’impression d’avoir écouté toutes les Études au bout d’une ou deux. Sautillant, rapide, bien maîtrisé, et bien sûr un peu exagéré quand même, il s’agit de Lang Lang, mais qui prend des allures monotones. Notre préférée, l’étude n°11 est bien exécuté avec cette impression de cascade de notes.

Saluons le choix des pistes : après les Études, quelques Nocturnes, des Valses, la Grande Polonaise… Ce qui permet de découvrir les œuvres pour piano seul de Chopin sous différents angles. On se doute que Lang Lang sera beaucoup moins pertinent dans les Nocturnes dont celle posthume qui est sûrement présente sur l’album plus pour l’aspect commercial que par cohérence de programmation.

Et finalement les ratés sont plutôt à chercher du côté des valses. Lang Lang tombe dans ses défauts habituels, il surjoue, exagère la rythmique propre à la valse en en faisant une farce. Dommage.

Bon, le bilan est plus positif que prévu, Lang Lang a su s’approprier les Études avec talent même si l’exagération pointe le bout de son nez très souvent. On préférera quand même les interprétations de Maurizio Pollini ou Dinu Lipatti cité par Isabelle Huppert et sur ce point là, nous sommes d’accord avec elle.

Les enregistrements Chopin de l’automne, c’est aussi Khatia Buniatichvili

 

Publicités

5 thoughts on “Critique CD : Lang Lang, Chopin, moins pire que prévu

  1. Ping : Revue de presse : Scarpitta, Philharmonie de Paris, Fazil Say, Lulu et autres brèves « louisleclassique

  2. N’oublions pas la majestueuse interprétation des oeuvres de Chopin par le vrtuose Abdel Raman El Bacha…Le toucher aérien offre une légèreté et une profondeur à la technique.C’est magnifique!

  3. Ping : Bilan 2012 : les articles les plus consultés « louisleclassique

  4. Ping : Bon anniversaire Louis : les meilleurs termes de recherche | louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s