La crise à l’opéra de Montpellier, la suite

© Wolfgang Staudt – Flickr

 

Nous avions commencé à vous en parler cet été, l’opéra et l’orchestre de Montpellier traversent une période trouble. Le patron des institutions languedociennes est l’objet d’une motion de défiance votée par plus de 80% des salariés et fait également l’objet de plus d’une trentaine de plaintes aux prud’hommes pour harcèlement moral, insultes et discrimination qui pourrait l’amener au pénal.

Que s’est-il passé entre Montpellier et Jean-Paul Scarpitta  ? Tout avait bien commencé. Les mises en scène de ce jet-setteur plaisaient au public montpelliérain. René Koering, alors chef suprême de la musique dans la ville, avait ouvert les portes de l’opéra Berlioz et Comédie à cet étrange personnage.

Ensuite, tout est allé très vite. La mort de George Frêche, proche de René Koering, a déclenché une violente guerre de clans et a provoqué une grande campagne de «  defrêchisation  ». L’une des victimes, René Koering, très proche du regretté président de Région. Et c’est Jean-Paul Scarpitta qui dans cette affaire a abattu ses cartes, dévoilant une ambition dévorante, et qui a pris la tête de l’opéra et de l’orchestre.

Très vite les problèmes ont commencé. Incompétence, irascibilité, embauches de complaisance et jusqu’au remplacement de l’orchestre de Montpellier par la formation de Riccardo Muti ami du directeur, pour le concert du Nouvel An, le tout provoquant des dépenses inconsidérées, dépenses d’argent public… Les deux cents salariés des prestigieuses scènes montpelliéraines en ont vite assez et déclenchent toutes les démarches dont nous avons parlé.

Alors que les tutelles soutenaient Jean-Paul Scarpitta, on parle désormais de son départ presque de manière officielle. A la fin de l’année 2012, opéra et orchestre vont se retrouver au sein d’un bel EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle) provoquant la création de nouveaux statuts et donc… d’une nouvelle direction.

A suivre donc.

Le début de l’affaire, on en a parlé cet été.

 

 

Publicités

2 thoughts on “La crise à l’opéra de Montpellier, la suite

  1. Ping: Revue de presse : Scarpitta, Philharmonie de Paris, Fazil Say, Lulu et autres brèves « louisleclassique

  2. Ping: Plus lyrique la vie s42e79 : Coup de tramontane sur l’Opéra-Orchestre National de Montpellier | louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s