Festival Musica : Strasbourg à l’heure de la musique contemporaine

© Bumpy Tours – Flickr

 

La capitale alsacienne accueille en ce moment un festival ambitieux, un festival de musique classique contemporaine, le festival Musica.

Deux semaines pendant lesquelles la ville de Strasbourg va vivre au rythme des sonorités nouvelles, des créations bref de la musique des XXème et XXIème siècles. Cette année le festival fête ses 30 ans et rend hommage au compositeur américain John Cage.

John Cage que Schoenberg tenta de décourager en lui déclarant qu’il n’avait « aucun sens de l’harmonie« , est un compositeur américain né en 1912 et mort en 1992. Plus qu’un compositeur John Cage est un artiste complet, libre, à la recherche de l’expérience et de la nouveauté. Il conçoit le silence de manière particulière au point de créer une œuvre « 4’33 » » de 4min et 33sec totalement… silencieuse. L’idée étant de faire vivre aux spectateurs un moment particulier en se concentrant sur les bruits de la salle. Pour lui le silence total n’existe pas et John Cage en fait l’expérience en s’enfermant dans un studio et en se rendant compte qu’il entend un bruit aigu émanant de son système nerveux et un plus grave, les battements de son cœur.
Précurseur de toute la musique minimaliste américain (Steve Reich, John Adams…) il fait sauter les frontières entre disciplines artistiques, crée le happening », spectacle mêlant danse, peinture, musique… C’est un véritable inventeur qui, pour l’anecdote, rinçait les cordes de son piano au cognac.

Alors à quelles soirées va-t-on assister pendant le festival Musica?

Samedi, on passe la fin d’après-midi et la soirée dans la pénombre des salles de concert. 17h, spectacle de danse sur des musiques pour piano de John Cage. Création française, le compositeur était un amoureux de la danse. Après cet instant de sensualité, on file au Palais de la Musique et des Congrès pour une soirée avec le Brussels Philharmonic avec à l’honneur le chœur comme instrument. Une création mondiale du compositeur et chef d’orchestre suisse Michel Tabachnik avant de retrouver John Cage après l’entracte. Temps fort du festival, le lendemain, un spectacle conçu et interprété par Robert Wilson sur des textes de John Cage. Une curiosité à ne pas manquer.
Enfin nous terminons notre sélection par un opéra comique d’un nouveau genre. « Le Baron de Münchhausen« , en création française, musique de Wolfgang Mitterer et concept artistique Franc Aleu. Univers vidéo, percussions et contrebasse pour accompagner les chanteurs. A voir !

Strasbourg on en avait parlé dans son ensemble pour sa programmation musicale complète et très fournie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s