Concert à la loupe : l’Orchestre National du Capitole ouvre sa saison avec Menahem Pressler

© Himatic – Flickr

Louis vous emmène à Toulouse. Le 15 septembre dernier avait lieu l’ouverture de la saison de l’Orchestre National du Capitole avec Tugan Sokhiev à la tête de l’orchestre et Menahem Pressler au piano pour un programme Mozart/Chostakovitch.

Ouverture du concert avec le concerto pour piano et orchestre n°17 de Mozart avant de laisser l’orchestre évoluer seul dans la symphonie n°5 de Dimitri Chostakovitch. Le douceur d’un concerto de Mozart avant la puissante décharge d’une symphonie de Chostakovitch, sur le papier, tout est parfait ! Et pourtant.

Mon dieu comme c’est difficile… L’orchestre est très lourd, et Tugan Sokhiev n’arrive pas du tout à alléger tout le dispositif. Alors on avance par sauts, les pieds joints, et on fait beaucoup de bruit en touchant le sol. Les musiciens ne soulignent pas la partition de piano, ils la plombent.
Quant au très grand Menahem Pressler, s’il y a indéniablement une délicatesse dans le toucher, le jeu n’en reste pas moins peu fluide, parfois même saccadé. On est frustré, les instants brillants sont là mais ce sont des coups d’éclat avant que l’orchestre ne se remette à jouer ou que le soliste rechute.

Pour les rappels, le pianiste allemand a choisi Chopin sous le regard rêveur du chef d’orchestre. Une Nocturne et une Mazurka. Très bon choix, ces compositions laissent le concertiste libre d’interpréter la partition très lentement en appuyant sur les nuances. Mais l’exécution est similaire au concerto de Mozart. L’élégance est là, les instants lumineux se produisent. Mais trop rarement.

L’orchestre poursuit avec la symphonie de Chostakovitch composée en 1937 et qui fut créée à l’occasion des célébrations soviétiques pour les 20ans de la Révolution russe. L’orchestre « fait le boulot », l’exécution est sérieuse, Tugan Sokhiev affronte la partition à bras-le-corps. Les cuivres manquent un peu de puissance mais ça ne dérange pas. Les cordes manquent de clarté, ça dérange plus.

A voir et à revoir sur le site de Medici.tv.

On a parlé hier des concertos pour piano et orchestre de Mozart. Le concerto n°9 est à écouter et à lire ici.

Advertisements

One thought on “Concert à la loupe : l’Orchestre National du Capitole ouvre sa saison avec Menahem Pressler

  1. Ping : Festival : “Piano aux Jacobins” à Toulouse « louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s