Concert : Beethoven, Bertrand Chamayou et la Chambre Philharmonique à Bruxelles

© tiseb – Flickr

 

Louis a fait sa rentrée musicale. Pour cela, un peu moins d’1h30 de Thalys, direction la capitale européenne : Bruxelles.

Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles proposait hier un concert 100% Beethoven avec la Chambre Philharmonique d’Emmanuel Krivine et le pianiste Bertrand Chamayou en soliste. 50 musiciens sur instruments d’époque, un piano-forte pour une soirée beethovénienne.

Dans la grande et belle salle Henry le Boeuf, le jeune prodige français Bertrand Chamayou s’est illustré dans le concerto pour piano et orchestre n°3 de Beethoven. Un grand moment. Le public a pu assister à une performance notable. Bertrand Chamayou a su trouver le juste milieu entre maîtrise technique et travail d’interprétation. Sûr de lui mais toujours très concentré, un soupçon de lyrisme, de très belles envolées (formidable premier mouvement) le pianiste semblait ne pouvoir être perturbé par aucun élément extérieur, aux prises avec la partition tel un capitaine de bateau maintenant le cap coûte que coûte. Quel talent pour un jeune pianiste de trouver le ton juste, le phrasé pertinent sur une œuvre si forte que le 3ème concerto pour piano et orchestre de Beethoven composé à une époque où le compositeur commençait à peine à être sourd et paniquait de son état à venir.

S’ajoute à cela, le talent de l’ensemble de la Chambre Philharmonique. Un souffle vivant et unique, voilà ce qui ressortait sur scène. Les musiciens n’ont pas seulement accompagné le piano de Bertrand Chamayou, ils ont été les acteurs d’un dialogue bien rodé entre le pianiste et l’orchestre qui répond d’un seul homme.

Le programme s’est poursuivi par la symphonie pastorale et là la Chambre Philharmonique nous a montré un autre visage, les pupitres se répondant les uns les autres avec autant de talent qu’il y a pu en avoir lors du concerto et de la première œuvre de la soirée, une ouverture de ballet (Die Geschöpfe des Prometheus, op. 43).

Enfin pour couronner le tout, le chef Emmanuel Krivine a été brillant. Sur scène en costume-cravate, loin des costumes parfois trop cérémonieux des chefs d’orchestre, le maestro a été d’une sobriété très professionnelle. Économie de gestes, centrage sur l’essentiel, force de direction, Emmanuel Krivine a été impressionnant de maîtrise.

Instruments d’époque, un jeune prodige, un ensemble d’excellence, un chef fort et solide. Une soirée dans la plus pure tradition beethovénienne.

Bertrand Chamayou ? Nous en avions déjà parlé !

 

Publicités

5 thoughts on “Concert : Beethoven, Bertrand Chamayou et la Chambre Philharmonique à Bruxelles

  1. Ping : Concert : Paavo Järvi, l’Orchestre de Paris et Rudolf Buchbinder à la Salle Pleyel pour servir Dvořák et desservir Beethoven « louisleclassique

  2. Ping : Le Brussels Philharmonic un orchestre 2.0 « louisleclassique

  3. Ping : Diapason d’Or 2012 : le palmarès « louisleclassique

  4. Ping : Paris : les concerts du week-end « louisleclassique

  5. Ping : Concert : James Gaffigan dirige l’Orchestre de Paris à la Philharmonie avec Bertrand Chamayou et Xavier de Maistre | louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s