Musique de la semaine : « Dites-lui », La Grande-Duchesse de Gérolstein d’Offenbach

© seriykotik1970 – Flickr

Pour bien démarrer la semaine, un choix qui nous tient à cœur : un extrait de l’opéra-bouffe de Jacques Offenbach, La Grande-Duchesse de Gérolstein.

Dans cet extrait, la Grande-Duchesse, ici interprétée avec brio par Felicity Lott, déclare sa flamme à son général, Fritz (chanté par Yann Beuron) d’une manière détournée. Elle lui fait croire qu’une de ses amies a des sentiments pour lui et qu’elle a demandé à la Grande Duchesse de lui en faire part. Mais en vérité il n’en est rien, c’est bien la Grande-Duchesse qui déclare sa flamme à Fritz qui ne comprendra pas la subtilité. L’air de la déclaration s’intitule ainsi « Dites-lui ».

L’air est simple, dans le bon sens du terme, accessible et touchant de par l’innocence et la timidité de la Grande-Duchesse qui s’adresse à un simple soldat, devenu général du jour au lendemain, telle une adolescente, tremblante du frisson de l’amour.

Offenbach est un compositeur français, d’origine allemande (né à Cologne, il gardera toute sa vie un très fort accent germanique) célébré dans le monde notamment pour le fameux galop d’Orphée aux Enfers, repris comme symbole du french cancan, mais aussi pour tous ses opéras-bouffes et opéras comiques. La différence, c’est qu’un opéra comique peut traiter d’un sujet sérieux (Carmen est un opéra comique) quand l’opéra-bouffe est forcément une farce « bouffonne » et adopte un ton parodique. L’opérette elle, a généralement pour thème une histoire sentimentale.

Dans La Grande-Duchesse de Gérolstein, Offenbach se moque des petites cours européennes de l’époque (l’opéra a été créé à la fin du XIXème siècle) mais aussi et surtout du monde militaire, avare de pouvoir et ridicule.

A l’époque, dans la France du Second Empire de Napoléon III, Offenbach connaît un immense succès avec cette œuvre tant pour l’œuvre elle-même que grâce à la soprano Hortense Schneider qui est la première à se glisser dans la peau de la Grande Duchesse. La liste des rois et princes qui sont venus assister aux représentations fait tourner la tête : l’Empereur des Français Napoléon III et l’Impératrice Eugénie bien évidemment, le roi du Portugal, le roi du Suède, le prince de Galles, le tsar Alexandre II…

Les opéras-bouffes d’Offenbach sont du champagne musical, rafraîchissant, enivrant et qui pétille.

La musique qui sert à parodier son époque, on en a aussi parlé la semaine dernière.

Publicités

2 thoughts on “Musique de la semaine : « Dites-lui », La Grande-Duchesse de Gérolstein d’Offenbach

  1. Ping: l’Opéra National de Paris (1/2) : l’Opéra Bastille « louisleclassique

  2. Ping: Musique de la semaine : Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach « louisleclassique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s